Le syndrôme des 3500 kg

lu 1426 fois

Nous le devons au roi Louis XIV

En effet, le principal argument en faveur d'un PTAC limité à 3,5 tonnes provient des contraintes de freinage. Mais cet argument doit être pondéré à la lumière de l'état actuel des technologies de freinage. Il ne fait aucun doute que les freins sont bien meilleurs et bien plus fiables aujourd'hui qu'il y a 100 ou 300 ans.

La première référence que nous ayons trouvée en termes de normes de PTAC pour les charrettes et chariots date de l'époque de Louis XIV, en France, vers 1682-83. Pour achever la Galerie des Glaces et le Palais du Trianon à Versailles, le Roi avait besoin des plus beaux marbres des collines de Campan, dans les Pyrénées.

Les blocs de marbre, pesant 3 tonnes, étaient transportés à Versailles par 25 à 28 paires de bœufs sur de lourds traîneaux, barges et wagons renforcés (500 kg). Depuis ces années, la limite de poids sur route de 3,5 t était pratiquée en Europe.

La longue tradition d'un poids total autorisé de 3500 kg a donc été reprise d'office dans Convention de Paris de 1926, puis dansConvention de Vienne  de 1949 et la Convention de Genève de 1968. Cette limite de poids a donc naturellement été reprise dans la législation européenne en 1980, sans grande opposition.

Si le roi Louis XIV n'avait eu besoin que de blocs de marbre pesant 4 tonnes, nous aurions aujourd'hui une limite de poids de 4,5 tonnes !



19.1.2023

Informations complémentaires:

  • Quelle:   FICM