Image de camping-carists

lu 7544 fois

commentaire

Traduit par google

Pendant notre temps libre, nous nous rencontrons sur les emplacements ou les campings, nous lisons des magazines de camping-car et des blogs de voyage. J'ai moi-même rencontré hier deux administrateurs, puis un futur associé. Au bureau, je réponds aux courriels, je passe des appels téléphoniques, j'écris des idées et j'organise les choses. Mais il s'agit toujours de mobil-homes. Et si vous rencontrez quelqu'un de "normal" sans fièvre de voyage, vous abordez d'autres sujets.

Nous, les campeurs, voyons beaucoup de collègues passer dans leurs véhicules sur l'autoroute, nous remarquons chacun et nous les regardons inconsciemment ou consciemment, peut-être même nous disons bonjour. Partout seulement Womos.

Mais oui, c'est une petite partie de la population. Si l'on calcule généreusement, cela concerne 400'000 personnes en Suisse, soit à peine 4,6% de la population. Et qu'en pensent les 95,4% restants ?

Ils ne pensent pas aux campeurs, pas même sur l'autoroute quand ils nous dépassent. Vous ne nous voyez même pas. Après tout, je n'ai pas vu les Womos pendant 40 ans. La majorité de la population pense aux mobil-homes quand on gêne leur parcours dans un col et qu'on roule moins vite dans les lacets, qu'ils ne peuvent pas nous doubler ou quand on sort d'un parking et qu'il y a un bout de papier dans le pré. Alors c'est clair, les déchets des Womos sont là, car les automobilistes ne laissent certainement rien derrière eux. Notre image dans les 95% de la population est mauvaise ! Malheureusement!

Il y a deux semaines, j'ai eu une longue conversation avec un journaliste qui n'avait aucune idée du tourisme en VR. Mais il voulait écrire un rapport à ce sujet parce que nous pouvions lui vendre le sujet comme passionnant. Le rapport était très bon, imprimé dans de nombreux grands quotidiens suisses. (uniquement en abonnement)

L'article a recueilli 133 commentaires en ligne. Cela vaut la peine de lire ces commentaires car ils indiquent quelle image nous avons. Un bien mauvais ! Bien sûr, la plupart de ces gribouilleurs ont les doigts plus rapides que les cellules cérébrales (parfois même plus que cela), mais cela montre toujours comment nous nous tenons en public.

Pratiquement aucun commentaire n'est fondé, et de nombreux faux rapports et faits y sont également répandus. Mais cela nous montre aussi où se situent les problèmes : les propriétaires de mobil-home qui urinent devant le mobil-home ou se nettoient dans la nature la nuit, laissent traîner des ordures et ne dépensent pas d'argent (pourquoi le solde de mon compte est-il toujours aussi bas après un voyage en mobil-home ?).

Et puis un de nos principaux points d'image-problème en public en ce moment : nous conduisons des frondes de terre, des véhicules beaucoup trop gros qui encombrent les rues et qui sont totalement nocifs pour l'environnement. Les voyages de loisirs en camping-car ne sont pas respectueux de l'environnement, c'est clair. Mais pas un seul tourisme n'est respectueux de l'environnement, même rester chez soi n'est pas respectueux de l'environnement. Dès que vous faites un voyage pour le plaisir sur votre temps libre, il vaudrait mieux s'en passer.

Néanmoins, nous devons travailler sur notre problème d'image, et nous n'y parviendrons que si chacun se comporte de manière exemplaire.

Rolf Järmann


Image du photographe : Urs Jaudas

13.8.2022

Informations complémentaires: