Notre engagement en faveur des aires de stationnement

lu 18041 fois

Notre engagement

Madrisa, Stellplatz bei Bergbahn

Il existe deux sortes d’aires de stationnement : Celles crées par des collectivités publiques (généralement des Communes) et celles par des privés.

Aires des collectivités publiques

Ici, il y a également lieu de faire la distinction entre les places de parc existantes et marquées comme telles et les autres places.

Places marquées

Les communes décident légalement de l’attribution des places et du genre de véhicule qui peut y stationner. La signalisation n’y est pas forcément spécifique dès lors que les dimensions légales sont marquées au sol (environ 5m x 2,35m), tous les véhicules susceptible d’y entrer peuvent s’y parquer. Il en va de même pour les dimensions plus grandes (10m x 4m) qui ne lèsent pas les voitures de tourisme.

Les communes pouvant décider quels véhicules peuvent se parquer sur les endroits définis, le fait d’apposer un panneau montrant un camping-car définit une place pour eux mais elle ne possèdera pas forcément d’infrastructure adaptée. La commune peut aussi y apposer une interdiction de stationner faite aux camping-cars. 

Une place de parc situé en zone publique (dénommée aussi zone de loisirs, sportive, etc.) ainsi que les zones artisanales ou industrielles peut être équipée de d’infrastructures spécifiques. Lorsqu’elle est située en zone agricole ou d’habitation, les aménagement d’infrastructures ne sont pas possibles. 

Gemeindeplatz auf einem Parkplatz

Les taxes et les règlementations de parking sont définis généralement dans le règlement de police communal.

Nous mettons l’accent, pour ces places, sur la possibilité de s’y parquer avec un véhicule de loisirs (aussi appelé camping-car). Le plus difficile, dans ces cas, c’est que ces places sont revendiquées principalement par les utilisateurs en petites voitures de tourisme. 

Place non-répertoriées

Par exemple, des places non-goudronnées qui ne sont pas mentionnées comme places de parc et se trouvent généralement à proximité de chantiers avant d’être transformées, ce qui est rarement le cas. Ces places sont souvent utilisées pour du parking libre. Ces places restent souvent en l’état pour autant que les véhicules de loisirs ne viennent pas y stationner en masse. Lorsqu’il y en a trop et trop souvent, on voit alors fleurir les interdictions de stationner car ces places ne sont pas prévues pour cela. L’intervention d’Au Pays du Camping-Car au sujet de ces places hors zones est limitée et d’autant plus si elles sont situées en zones agricoles.

Messeplatz als Stellplatz: Altstätten

Places privées

Les places privées dépendent beaucoup du plan d’affectation local. Le propriétaire a, par contre, une meilleure vue d’ensemble et les choses se passent plus rapidement mais aussi plus généreusement que ce qui pourrait parfois être autorisé.

Exemples typiques : Les places de stationnement au bas des remontées mécaniques ou les places de lieux de foires ou d’expositions. Les véhicules peuvent y rester stationnés plus longuement si bien qu’y passer la nuit ne pose pas de problèmes pour autant que le propriétaire donne son accord. L’installation d’une infrastructure y est possible car ces places sont officielles et sont ouvertes au tourisme. Ces places peuvent donc aisément être utilisées comme aires de stationnement avec la restriction de non-usage comme camping.

Le plus souvent, leurs gérant tolèrent le parking gratuitement, vu l’utilisation des remontées mécaniques en contrepartie. Pour autant que cela ne devienne pas un parking longue durée sans utilisation des remontées mécaniques, ce qui conduirait à des interdictions ou des prélèvements de taxes.

inzwischen schwer zu finden und vielfach verboten: Freistehplätze

Au Pays du Camping-Car peut, dans ces cas, s’approcher d’eux en les incitant à installer des infrastructures complémentaires. Mais comme ces installations de remontées mécaniques sont souvent orientées uniquement vers le profit, une place gratuite deviendra payante. Cela relève par contre plus de l’usage plus fréquent de véhicules de loisirs que de Au Pays du Camping-Car. Une autre difficulté vient des véhicules sans WC à bord. Cela oblige les remontées mécaniques à laisser leurs infrastructures avec l’accès au WC ouvertes toute la nuit. Cette contrainte supplémentaire n’est pas toujours souhaitable. Et ceux qui vont se soulager dans la nature sont non-seulement à bannir mais c’est ce que craignent le plus les gérants de remontées mécaniques. C’est un aspect auquel ils sont très sensibles. Un cas suffit à mettre tous les camping-caristes dans le même panier.

Les places de parc pour l’accès en forêt ou à des zones naturelles sont souvent libres d’accès. Cela se passe bien tant que les gens du voisinage ne s’en plaignent pas. Ces places ne peuvent pas être aménagées comme aires de stationnement pour véhicules de loisirs.

À la ferme

Il n’est pas possible de créer une aire de stationnement dans une zone agricole car les véhicules de loisirs ne servent pas à l’agriculture. Seule alternative : Le paysan a annoncé une activité accessoire annexe (Vente à la ferme, Nuitée dans la paille, etc.) et il lui est alors possible d’argumenter pour avoir le droit d’héberger des véhicules de loisirs pour ce genre de complément.

Quelques exemples :

Heizenberg : La place de parc est longtemps restée librement accessible jusqu’à ce que la commune estime qu’il y avait trop de camping-caristes. La commune a envisagé une interdiction. Mais Au Pays du Camping-car est intervenu auprès de la commune pour les convaincre que faire une aire de stationnement serait bien plus productive. Ils viennent d’ouvrir la seconde aire payante avec infrastructure et ont renoncé aux interdictions.

Seelisberg : Beaucoup utilisaient cette place gratuite pour séjourner proche du Rütli. La commune veut limiter cette place pour ceux qui vont faire un randonnée d’un jour au plus et pas pour les camping-caristes. Une interdiction sera probablement faite aux camping-cars. Selon la commune, il n’y a pas de possibilités de créer une aire de stationnement.

Urnerboden : De nombreuses années durant, cette place était en libre accès jusqu’à ce qu’il y ait trop de camping-caristes. Il n’est pas possible d’y aménager une aire de stationnement car c’est en zone inondable. À cause de nombreux camping-cars sans WC, il est probable d’y voir arriver une interdiction.

Bâle-Ville : Les camping-cars stationnent en zone bleue le long du Rhin, sur des places non-prévues pour cela. Les habitants partent en guerre car un camping-car ne dérange pas mais 18, comme à Pâques c’est est trop. Une interdiction ne va pas tarder. Au Pays du Camping-Car s’est engagé intensivement pour la création d’une aire officielle en remplacement. 

Grimsel : Pendant longtemps, une place gratuite était disponible. Jusqu’à ce qu’il y ait trop de camping-cars et que le propriétaire des lieux (BKW) se demande comment les en chasser (Probablement avec une interdiction). Heureusement, les places en propriétés privées ont été aménagées. 


Le nombre croissant de véhicules de loisirs circulant en Suisse rend le stationnement libre (appelé à tort camping sauvage car ce n’est ni du camping ni sauvage) toujours plus difficile. C’est la raison qui nous pousse à nous investir toujours plus pour la création d’aires de stationnement officielles.

La question des prix est un domaine très complexe. En raison de l’offre et de la demande, il est fort probable qu’ils augmentent. Mais nous allons nous battre vigoureusement contre des prix élevés et essayer plutôt de forcer à la baisse. Nous devons argumenter avec les prix constatés dans les pays voisins qui sont, en général, très nettement plus bas. 


Informations complémentaires: